Habitude zen au quotidien

3 habitudes pour être zen au quotidien

Intégrer une nouvelle habitude est plus difficile qu’on ne le croit. Il en va de même pour les habitudes zen. Le cerveau crée encore et encore des chemins neurologiques qui s’activent par habitude. Ce qui, en pratique, fait que nous nous cloisonnons dans les routines.

Pourtant, il est très intéressant d’intégrer de bonnes habitudes. Darren Hardy l’explique très bien dans son livre « l’effet cumulé », au plus vous aurez de bonnes habitudes, au plus votre croissance sera bonne.

C’est pourquoi j’ai décidé de participer à un super carnaval d’article du blog Zen et Heureux. J’ai ce blog dans mon flux RSS (ça veut dire que je sais quand un article est publié) et les derniers m’ont particulièrement plu. Je vais donc en citer un article récent qui m’a fait prendre conscience que j’avais trop la tête dans le fourneau et qui parle de travailler moins. Je vous laisse ainsi parcourir les nombreux articles qui traitent des habitudes pour être plus zen.

Pourquoi intégrer des habitudes zen? 

Avant de vous proposer les 3 habitudes pour être zen au quotidien, pourquoi faudrait-il les intégrer? Être zen au quotidien ne veut pas dire que vous allez supprimer complètement la souffrance ou que la vie va devenir toute rose. L’intérêt c’est d’équilibrer notre état interne. Être plus zen va vous permettre de faire appel à plus d’énergie et une meilleure maîtrise de vous-même.

Plutôt que d’être trop souvent dans la plainte par exemple, vous serez plus dans la gratitude générale. Ce qui, d’après les études scientifiques, est plein d’avantages, sur la santé, l’humeur, le contrôle des émotions, etc. Vous pouvez trouver une partie des bénéfices de la gratitude, ici (en anglais).

Les habitudes permettent de faire des choses avec le minimum d’effort pour le cerveau. Ce qui est bien pratique, car la plupart de nos habitudes ne concernent pas le « zen ». C’est pourquoi vous pouvez tirer de bons avantages en lisant et en testant ce qui va suivre. Intégrer des habitudes zen permet de mieux maîtriser son mental, car elles sont indispensables au bon vivre et sont bien souvent oubliées. 

Je vous encourage d’être libre d’esprit. Pratiquez le « bon scepticisme », essayez les habitudes avant d’avoir un jugement 🙂

Les 3 habitudes zen

Je vais maintenant vous présenter les 3 habitudes que moi j’intègre ou que j’essaie d’appliquer un maximum. Mine de rien, ça paraît simple, mais les mauvaises habitudes ont la vie dure, je ne vous le cache pas. Quoiqu’il en soit, voyez ces 3 habitudes comme des sources d’inspiration plutôt que des « je dois » les intégrer. Je vous invite à l’exploration, plutôt qu’à la contrainte. Si vous souhaitez essayer les 3, n’hésitez pas à le faire petit à petit. Un peu chaque jour et peut-être même, une seule à la fois par semaine par exemple. 

C’est à vous de jauger ce qui vous convient le mieux. Peu importe les recommandations que je vais donner, certaines fonctionneront pour certains et moins pour d’autres. D’où, l’exploration. 

Mais, je vais tout de même faire un aparté sur le fait d’intégrer une habitude rapidement. Pour le cerveau, il s’agit de répéter une action tous les jours pour que les chemins neurologiques se mettent en place. Que votre cerveau ressente du plaisir ou de la souffrance, il est capable d’intégrer n’importe quelles habitudes (manger de la salade au lieu de hamburger, méditation au lieu d’aller sur Facebook, lecture plutôt que de regarder la télévision, par exemple). Pour cela, il faut mettre en place un système qui vous fatigue le moins possible et intégrer ces nouvelles habitudes tous les jours avec le moins d’efforts. Ceci étant dit, parcourons ces 3 fameuses habitudes.

PRATIQUER UN RITUEL MATINAL, PREMIÈRE HABITUDE

Le rituel matinal, dont je parle précisément ici, permet d’abattre des tâches juste après le réveil. Que ce soit une tâche « eat the frog » (manger le crapaud) qui consiste à effectuer la tâche la plus importante de la journée, une tâche plus spirituelle comme la méditation ou la lecture, une tâche liée à l’activité sportive, ça peut être n’importe quoi du moment que ça fait partie de ce que vous voulez vraiment faire.

En quoi ça va vous rendre plus zen? Ça va vous libérer votre charge mentale peu de temps après le réveil, ce qui est libérateur. En plus du fait que vous allez profiter des bénéfices de la tâche, si par exemple, c’est du sport. Cela va donc maximiser votre énergie et éventuellement, faire quelque chose de productif immédiatement. 

Attention toutefois à bien adapter le rituel à vous. Si vous n’êtes pas du genre à faire du sport dès le matin, ça ne sert à rien de se forcer. Le cerveau de chacun est différent, n’oubliez jamais qu’il faut adapter les choses. 

On peut copier, mais toujours avec la méthode « essai-erreur », ça veut dire qu’il faut essayer et pas hésiter à se tromper. Puis, recalibrer les choses quand on sait qu’on s’est trompé. 

L’INTROSPECTION TOUS LES JOURS, DEUXIÈME HABITUDE

Bien sûr, « tous les jours » c’est logique puisqu’on parle d’habitude ici. Mais j’insiste sur le « tous les jours ».

Citation d'Henry Ford : "Penser est la tâche la plus difficile qui existe, voilà pourquoi si de gens s'engagent dans cette voie".
Difficile ne veut pas dire impossible. Tout le monde peut parvenir à mieux penser.

Se contenter de faire de l’introspection une fois par mois, c’est pas si mal et c’est déjà mieux qu’une bonne partie de la population. Car ça permet de recalibrer le chemin que nous prenons, encore et encore. Alors, imaginez si c’est tous les jours.

Prendre l’habitude de réfléchir sur la bonne trajectoire de route, sur nos émotions, nos besoins, nos valeurs, c’est être sûr d’avoir un moteur à pleine puissance. C’est quoi l’introspection exactement? Ça consiste à se poser de bonnes questions pour s’autoanalyser puis s’autocorriger, sans que personne ne nous dise rien. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de filtre, pas de jugement, car vous êtes entre vous. Personne n’en saura rien, vous êtes votre propre coach.

Vous pensez devenir fou à force de trop réfléchir sur soi? Effectivement, c’est une crainte que je comprends, aussi, il est question de bien introspecter et pas n’importe comment. Comment bien faire les choses?

Méditation

La méditation permet de calmer son esprit. Scientifiquement, la méditation permet d’augmenter le flux sanguin du cortex préfrontal. C’est précisément la partie du cerveau qui régit le contrôle de soi. En méditant tous les jours, vous allez améliorer votre capacité à faire de l’introspection. Le principe est très similaire aux muscles, sauf que là, c’est avec le cerveau. Vous entraînez de façon pragmatique votre mental. Évidemment, pendant la méditation, vous pouvez tout à fait faire de l’introspection (comprendre, se poser des questions et y répondre). Pour commencer la méditation, vous pouvez vous rendre sur cet article

Respiration

Tout le monde respire, rien de nouveau jusqu’à présent. Mais une grande majorité des personnes respirent mal. Avec une respiration saccadée et non profonde, on augmente le stress. C’est pourtant comme ça que l’on respire en général. Je veux vous parler ici de la respiration consciente. Prendre le temps de respirer profondément va vous permettre de mieux rentrer dans votre esprit. Bien que la méditation permet de contrôler la respiration, elle ne permet pas de le faire n’importe où, n’importe quand. La respiration consciente peut se faire quand vous le souhaitez. 

Se poser de bonnes questions

Pour bien introspecter, le pouvoir des bonnes questions est très puissant. Les questions doivent préciser un problème. « Y’a vraiment rien qui va aujourd’hui ! », c’est une réaction que n’importe qui peut avoir, qui est la conséquence d’un stimulus ayant enclenché l’amygdale (partie du cerveau qui s’occupe des émotions et qui loge dans le système limbique). J’aime faire passer un petit côté scientifique pour nourrir la précision des images internes. Mais si vous arrivez à conscientiser la chose, vous pouvez court-circuiter presque n’importe quelle pensée et même des émotions.

Reprenons, « Y’a vraiment rien qui va aujourd’hui ! », ne jugez pas, respirez un grand coup. Une bonne question c’est « Rien? Qu’est-ce qui ne va pas exactement »? Si c’est un stimulus direct comme un bouchon (en voiture) qui vous empêche d’avancer, pas de problème, répondez à vous-même, simplement. Continuez de façon aussi positive que possible. C’est difficile, car en général, nous sommes dans l’émotion. Quand on n’a pas l’habitude, ça peut paraître désagréable, mais il faut se forcer. Dites-vous que c’est beaucoup plus intéressant que les réactions automatiques. Plutôt que de rester dans la plainte puis d’être de mauvaise humeur. Je vous recommande mon article sur la maîtrise des émotions qui va encore plus loin à ce sujet en cliquant là.

Transformer les perceptions pour intégrer une habitude zen au quotidien
Changez vos perceptions mentales, notamment avec les questions.

Revenons au bouchon sur la route, posez-vous la question « en quoi ça peut être positif ? ». Exemple de réponse positive : « Ça me permet de respirer profondément, de lâcher prise ». Vous pouvez même tricher un peu« cela me fait prendre conscience que le temps est important, mais que c’est bien aussi de ralentir ». Le but n’est évidemment pas de se mentir à soi-même consciemment, le cerveau comprend quand ça manque de sincérité. Mais on peut tricher un peu quand même. Et le plus important, nous sommes humains et c’est normal de ne pas y arriver toujours, c’est parfois bien sympathique de simplement vivre son émotion. Ce n’était qu’un exemple, vous pouvez parfaitement appliquer les « bonnes questions » sur n’importe quel domaine de votre vie, à n’importe quel moment. 

Rester positif

J’ai toujours du mal à mettre ce genre de titre et proposer du contenu qui ressemble à de la « pensée positive » dont je ne suis pas particulièrement fan. Mais il faut savoir nuancer. Entre le monde bisounours et le monde noir où rien ne va et tout est une catastrophe, il faut trouver le juste milieu. Rester positif ne veut pas dire de ne plus regarder la souffrance en face ou de rejeter la difficulté. Ce blog a pour but d’ouvrir les perspectives sur le fait que la souffrance, il y en aura toujours, mais aussi, qu’on peut en faire quelque chose de bien.

Mais je m’égare (oui, encore), le fait de rester positif c’est d’être productif avec soi. Stoppez les réflexes habituels de plainte, cherchez le mode « solution » aux problèmes. Si vous souhaitez faire de l’introspection de façon efficace, être positif avec soi, c’est vraiment un gain de temps immense. Le top, et ça, ça va rassurer beaucoup de lecteurs, on peut être positif et très dur avec soi. Je sais qu’il y a des personnes qui aiment se challenger plus que la moyenne, ils fonctionnent comme ça. Et c’est ok. Restez vous-même, mais changez vos automatismes limitants et la plainte interne en général. En tout cas, le plus possible.

Mettez plus de positif dans vos pensée pour devenir plus zen au quotidien.
Arrêter d’être dans la plainte c’est reprendre le contrôle.

J’espère vous avoir convaincu sur l’introspection, je sais que ça fait beaucoup de choses à intégrer. Mais si je vous parle de ça à la va-vite, vous n’en aurez pas tiré grand-chose. Tout est à adapter selon chaque personne. L’introspection ne doit pas non plus vous faire trop quitter le moment présent, encore une fois, c’est une question d’équilibre. Mais, que vous soyez extraverti ou introverti, l’introspection peut se faire par n’importe qui, ne passez pas à côté.

PLANIFICATION INTELLIGENTE, TROISIÈME HABITUDE 

Beurk, lier la planification et le « zen », il faudrait être fou. Peut-être un peu fou, mais pas complètement. Il y a, c’est vrai, une véritable connotation négative avec la planification et je l’ai encore moi aussi. Je ne fais pas beaucoup de distinction entre le mot « souffrance » et « planification ». Pourtant, une fois que la planification est bien faite, c’est un véritable relaxateur, autant qu’un bon massage. Je pense que cette vision est déjà plus intéressante.

La planification intelligente, qu’est-ce que c’est? Je ne vais pas vous faire un cours complet avec les méthodes type « matrice d’Eisenhower », To-Do list, etc. Je vais plutôt vous dire, « pourquoi » mettre en place une bonne planification. Le but, c’est de réduire la charge mentale. La charge mentale, c’est tout ce qui travaille votre cerveau en tâche de fond. Les soucis qui ne sont pas résolus par exemple. La planification permet de traiter les tâches de fond et se concentrer sur l’essentiel.

Se concentrer sur l’essentiel

Mettre sur écrit ou utiliser un quelconque système de rappel, va décharger le mental de tout ce qui n’est pas important. Une simple liste de choses à faire peut suffire pour ce rôle. Il faut se décharger des petites choses à faire qui sont en dehors de l’essentiel. Mais la planification demande de faire plusieurs tests pour s’adapter à notre personnalité. C’est la complexité de la chose. C’est pourquoi, il y a si peu de personnes qui le fait. Gardez un seul objectif en tête avec la planification : se concentrer sur l’essentiel.

Trouver le bon système de planification

Essayer, essayer et essayer. Pas beaucoup d’autres options. Vous pouvez bien évidemment vous inspirer de livres comme Getting Thing Done (traduit en « s’organiser pour réussir ») de David Allen ou encore « votre temps est infini » de Fabien Olicard. Il y a de nombreuses méthodes et de nombreux moyens qui existent, comme la méthode Zen-to-Done conseillée par Olivier Roland, l’auteur du blog Zen et Heureux. Pourquoi y en a-t-il autant? Parce que la recette miracle n’existe pas et que la meilleure méthode sera vos connaissances sur le sujet + votre propre expérience. Ce n’est pas le sujet de cet article, je vous laisse donc explorer avec ce qui est écrit juste au-dessus.

Habitudes zen, conclusion

En réalité, il existe une grande quantité d’habitude qui peut nous rendre plus zen. Pourquoi tant de personnes n’ont-elles pas connaissance de ces hacks? Parce qu’ils n’essaient pas et se conforment à leurs habitudes. Si vous lisez cet article, c’est que vous souhaitez au moins être plus zen. La meilleure chose pour profiter de tous ces conseils, c’est de vous abreuver des habitudeslire les articles du carnaval du blog Zen et Heureux, prendre un maximum de nouvelles habitudes par écrit et de les essayer une à une.

En effet, je ne vous recommande pas de tout appliquer ce que vous venez de lire dans cet article si tout est nouveau. Selon votre degré d’habitudes zen, il est possible que vous connaissiez toutes ces habitudes et appliquiez déjà. Mais il est aussi possible que vous n’en appliquez aucune. Alors, explorez. Ne vous surchargez pas et essayez-les une à une. C’est plutôt difficile d’intégrer de nouvelles habitudes quand nous avons déjà des années et des années d’intégration d’autres habitudes qu’il va peut-être falloir se défaire.

Pour résumer, la première habitude est d’avoir un rituel matinal. La deuxième, c’est de pratiquer l’introspection. Et la troisième; c’est d’intégrer de la planification de façon intelligente. 

J’espère que vous avez aimé cet article, vous êtes libre de me dire en commentaire juste en dessous ce que vous en avez pensé et qu’elles sont vos habitudes à vous :)

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

About David Jedresac

S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Merci pour cet article qui aborde des sujets très différents les uns des autres mais tous importants pour être zen !
En effet, la planification est contre-intuitive quand on pense « zénitude », mais en tant qu’ancien chef de projet, je sais que c’est la clé pour que les choses soient faites en temps et en heure, donc bien et sans stress ! 😉

Genka Shapkarova

Merci pour cet article! D’ailleurs, j’écris aussi cette semaine sur mes habitudes zen et un de mes exemples que j’ai donné à leur sujet est tiré exactement de ton article sur les rituels matinals à créer. Depuis que je l’ai lu, je pratique une lecture de livre de 30 minutes le matin et cela me rend extrêmement zen. Merci pour cette bonne idée! Cependant, accepter notre vie telle qu’elle est dans le présent, tout en continuant à suivre nos rêves, est quelque chose de très important. Il est bon d’être positif et non pessimiste, mais nous savons que des moments malheureux arrivent toujours. Par conséquent, l’attitude que nous sommes ici et maintenant et que nous n’avons plus rien est d’une grande importance pour les surmonter. Quant à la planification intelligente, je pense que c’est une bonne idée de réaliser quelles sont nos activités quotidiennes importantes et quelles sont nos priorités. Nous ne devons pas dévier de cela et nous punir et souffrir pour des affaires inachevées. Merci encore !

Walid Aouini

Superbe article très clair et profond. Je vous rejoins à propos de la pensée positive. Nous pouvons en faire quelque chose de bien. Notamment en réalisant que les passages les plus rudes, les plus grands défis, sont ceux qui nous ont offert les cadeaux et les plus belles leçons en termes d’apprentissage, de développement personnel et de force.