La pleine conscience, comment faire?

La pleine conscience, comment faire?

D’après l’histoire, le principe de pleine conscience est né du bouddhisme au VIe siècle avant notre ère. La pleine conscience (appelé par son terme anglais « mindfuness ») a été créée pour répondre à un besoin de souffrance existentielle. Selon moi, c’est une bonne base pour commencer à s’intéresser à cet éveil de la conscience. Ce dont j’ai du mal à comprendre à travers l’histoire, c’est pourquoi cette hygiène de l’esprit n’a pas plus prospéré que cela?

Car il faut reconnaître qu’à l’heure actuelle, le pragmatisme du monde moderne à balayer une bonne partie de notre sagesse naturelle. Mais ce n’est pas une fatalité. Nous pouvons individuellement améliorer notre niveau de conscience et atteindre la pleine conscience. Toutefois, il n’est pas question de religion dans cet article, ni même de bouddhisme. La pleine conscience est parfaitement naturelle pour l’homo sapiens que nous sommes. Voyez ça comme une hygiène de vie, une hygiène de l’esprit.

Tout comme nous faisons du sport pour entretenir notre corps et notre santé, pratiquons la pleine conscience pour nettoyer notre esprit et améliorer nos pensées.

Qu’est-ce que la conscience?

Encore aujourd’hui, nous ne savons pas si la conscience est le fruit des connexions neuronales ou si elle est immatérielle voire les deux. Il faut néanmoins comprendre que la conscience, c’est l’essence même de la vie. Nous avons conscience de la vie grâce à la conscience même. Nous sommes capables de penser avec un certain libre arbitre, avec notre imagination comme seule limitation.

Elle est tout de même liée au cerveau, car en cas d’anomalie, notre conscience se trouve plus ou moins perturbée. Elle est aussi dépendante de notre énergie générale. Notre conscience n’est pas pareille quand nous avons faim et quand nous sommes d’excellente humeur. Elle réagit aux stimuli, mais la conscience reste néanmoins tout à fait domptable et améliorable.

L’inconscient dans tout ça?

Notre corps, nos pensées et nos mouvements sont en partie contrôlés par notre subconscient. On peut donc dire qu’une grande partie de notre vie est sous le contrôle automatique. C’est important de comprendre que la majorité des pensées sont inconscientes, même quand nous nous rendons compte après coup d’y avoir pensé. Le cerveau ou l’esprit ont besoin du pilote automatique pour économiser ses batteries.

Pour une journée complète d’éveil normale, le cerveau consomme beaucoup d’énergie. C’est pour cela qu’il peut paraître fainéant et qu’on semble avoir la « flemme ». C’est un simple mécanisme de veille, car nous sommes pour la plupart du temps, sans danger. Étant donné que nos lointains ancêtres n’avaient pas ce bon confort d’aujourd’hui, le cerveau s’est naturellement construit de sorte à économiser de l’énergie dès que possible.

Ne vous en faites pas quand je dis que l’inconscient contrôle la plus grosse partie de nos vies. Il ne fait que répondre à ce que le conscient lui a donné au préalable. L’inconscient a tout à fait sa place légitime dans notre tête. Et nous pouvons en faire un allié grâce à la pleine conscience.

Je ferme les yeux et prend conscience de ma conscience et de mon inconscient
Ne pas négliger l’inconscient ni le prendre pour un problème

Je ne suis pas que ma conscience

Comme nous l’avons vu un peu plus tôt, la conscience peut être plus ou moins perturbée par notre énergie. Il ne faut pas tomber dans le piège qui est de croire que nous sommes simplement ce que nous pensons. Celle-ci évolue chaque jour grâce aux expériences de la vie. La conscience de l’Homo Sapiens est faite pour évoluer jusqu’au dernier jour de son existence. Bien entendu, elle est là aussi pour faire en sorte que nous survivons.

Que ce soit le corps humain ou la conscience, la conception de notre être dispose d’une certaine perfection. Sans être forcément religieux, on ne peut qu’être admiratif de la conscience que nous avons.

La conscience est tenue par des verrous et des limitations. On appelle communément ces verrous, des croyances limitantes. C’est le fait de croire une chose qui n’est pas un fait. « Les riches sont mauvais » peut être une croyance limitante. Elles sont nourries par le passé de notre existence avec une interprétation totalement unique et propre à chacun. L’assemblage de tout notre passé et son interprétation définit notre conscience. L’interprétation étant modifiable à n’importe quel moment, nous ne sommes pas « juste » notre conscience.

L'horloge tourne et le passé s'évanouis soit dans l'oublie, soit la déformation
L’interprétation à plus d’importance dans le cerveau que le faits

Faut-il vivre dans la solitude pour élever sa conscience?

Pour atteindre la pleine conscience, il faut impérativement de la solitude. Mais pas seulement. Pour gagner en sagesse, peu importe l’âge, il faut des moments où l’on échappe au monde environnant et ainsi échapper à tout le bruit. Il ne faut pas interpréter cela à l’extrême cependant, car le but de la pleine conscience n’est pas de vivre en ermite.

La pleine conscience est le fait de stopper le mode automatique et de faire taire l’inconscient momentanément. Pour s’entraîner à la pleine conscience, il faut au minimum des moments pour se retrouver seul face à nous-même. Ça peut être quelques minutes par jour tout comme 3 jours par semaine. C’est à chacun de trouver son équilibre pour arriver au niveau de conscience souhaitée.

Je suis en dehors de la masse. Sans être supérieur, juste assez pour ne pas me limiter aux croyances collectives.
Savoir parfois s’écarter du bruit extérieur

Je ne suis pas particulièrement fan des méthodes qui passent la méditation à l’extrême comme nous pouvons le penser quand on pense aux moines bouddhistes. Nous pouvons nous en inspirer, mais transformer la base à notre convenance pour profiter des avantages et avoir le moins d’inconvénients possible.

Éveiller sa conscience

Pour commencer à profiter des bénéfices de la pleine conscience, il faut éveiller sa conscience. Éveiller sa conscience n’est pas le fait d’être supérieur à autrui ou devenir un nouvel être humain supérieur. C’est simplement le fait de mieux maîtriser ses pensées et avoir un meilleur contrôle sur notre état interne. Mieux comprendre et contrôler ses émotions, ne plus se faire limiter par les croyances limitantes, briser ses verrous intérieurs… Voilà ce que permet d’être en pleine présence (ou présence attentive).

Rien de magique ou de surnaturel, on peut effectivement parler de sagesse et de spiritualité, mais concrètement, on peut aussi oublier ses mots et chercher simplement le développement de soi. La finalité, c’est d’avoir une meilleure maîtrise et compréhension de notre conscience. L’éveiller nous permet effectivement de faire des choix en consciences, faire appel à l’intuition plus aisément, moins craindre l’échec, devenir anti-fragile, réduire l’anxiété également et plein d’autres bénéfices conscients ou non.

Méditation

La méditation est un moyen simple et efficace pour éveiller sa conscience. Elle permet de s’adapter doucement mais sûrement au fait d’observer ses pensées. Avoir la pleine conscience ne peut qu’être temporaire, mais cela demande une vraie maîtrise de l’observation interne de l’esprit. Savoir nommer une émotion dans l’instant présent fait partie des capacités que nous développons grâce à la méditation.

Je ne dis pas que sans méditation nous ne sommes pas capables de nommer une émotion. Mais que nous entraînions « le muscle », de savoir dans quelle émotion nous sommes au moment présent et qu’est-ce qui l’a déclenché. Pour prendre un exemple, je n’aime pas personnellement quand une voiture est garée sur une place handicapée alors que le conducteur est en pleine forme. C’est une croyance que j’ai et si je constate ça, ça va déclencher une émotion de colère (plus ou moins modéré selon le contexte, mon énergie, etc).

Avec un entraînement sur ma conscience, je peux observer cela au moment même où je vais observer la personne sortir de sa voiture seule et en pleine forme sur la place handicapée. Et encore, ça ne sera qu’une interprétation, car une personne qui semble en forme et même s’il n’a pas de carte handicapée peut très bien être légitime. Je vais pouvoir me dire qu’il transgresse une règle interne à moi. Identifier cela va me permettre de faire sauter l’émotion en quelques secondes. Multiplié par toutes les fois où nous sommes confrontés à des émotions par jour, c’est un gros gain de temps et d’énergie. La méditation va donc aider à élever le niveau de conscience dans ce sens. Si vous souhaitez débuter en méditation, vous pouvez aussi lire cet article.

Visualistation

La visualisation peut être faite pendant la méditation ou non. C’est quoi visualiser? C’est mettre une pensée consciente sur ce que nous voulons, dans notre imaginaire. Si je veux penser à un dragon qui crache du feu, je peux parfaitement le visualiser. Si vous le visualisez aussi, vous aurez votre propre perception du dragon, selon toutes vos connaissances à ce sujet. Je peux aussi tout à fait rajouter un scénario, un environnement, tout un écosystème… Le cerveau n’a pas réellement de limite à son imagination du haut de ses 86 milliards de neurones.

Comme vous pouvez le voir sur l’image, le neurone ne représente que la grosse partie. L’espèce de tronc est une axone. La séparation du neurone en plusieurs parties (les espèces de branches) sont des synapses.

Je peux donc mettre à contribution cette imagination au service de ma conscience. En pensant consciemment à des choses bien précises, nous pouvons transformer notre état interne. Le fait de visualiser la réussite d’un objectif par exemple peut permettre de nous aider à ne pas procrastiner. On peut donc faire varier notre énergie.

La visualisation peut être pratiquée au quotidien pour entraîner le cerveau à avoir des pensées conscientes. C’est extrêmement efficace pour éveiller notre conscience. Et aussi pour améliorer notre motivation car nous maîtrisons l’art de penser aux choses qui nous motivent.

Respiration

La respiration est le meilleur moyen pour reprendre conscience de l’instant présent. Il y a des tas de façons pour ne plus être plongé dans ses pensées, mais la respiration, c’est le top. Pour s’entraîner à éveiller sa conscience, prenez le temps plusieurs fois par jour de respirer consciemment. Quand vous prenez conscience de votre respiration, inspirer à fond puis expirer au maximum. Le but c’est de synchroniser votre respiration et quelle soit complète. Ressentez vos sensations quand vous prenez conscience de votre respiration.

Vous pouvez faire ça à n’importe quel moment. En voiture, en balade, en faisant la cuisine, le ménage, en regardant un film, peu importe! Voyez comme votre état interne change quand votre respiration devient consciente. Vous reprenez le contrôle. Le fait de mettre l’inconscient en off, permet d’avoir plus de moments conscients dans la journée.

Faire ça tous les jours va vous entraîner à maîtriser votre conscient. Tout comme un muscle, à force de le faire travailler, ça va devenir une norme, d’utiliser la conscience à n’importe quel moment. Vous pouvez lire cet article pour en savoir plus sur la respiration.

Entrer en état de « flow »

Le terme « flow » est difficile à traduire littéralement. Il est désigné par le psychologue hongroie Mihaly Csikszentmihalyi. C’est en faîte le moment où notre inconscient est totalement à notre service et notre conscient est en parfaite harmonie. L’état de flow attise les convoitises. Nous avons tous connu cet état un jour. En réalité, nous sommes dans cet état notamment quand nous nous amusons. Les joueurs de jeux vidéo sont régulièrement en état de flow. La concentration est à son maximum sur le jeu.

Il n’est pas possible d’atteindre cet état consciemment. Le seul moyen est de trouver les activités qui vous mettent en état de flow. Et pour cela, il faut s’amuser. Est-il possible de rentrer en état de flow dans une activité professionnelle? Bien sûr. Pour cela, il ne faut pas chercher à maîtriser le flow mais à trouver les activités que nous aimons. Dans le monde professionnel, ça revient à dire que nous devons faire un travail que nous aimons.

Je sais que dit comme ça ça peut paraître bateau, mais c’est le meilleur moyen pour être en état de flow. Aussi, l’état de flow est un état de bonheur. Le cerveau est dans un état presque orgasmique quand celui-ci est totalement concentré. Et ce n’est pas peu dire, la comparaison peut être perçue comme maladroite, mais c’est en tout cas en comparaison que vous allez retenir. C’est clairement un état de conscience à rechercher.

Regard déterminé
En état de flow, rien d’autre que l’objectif compte

Pour conclure, cherchez vos passions et passez beaucoup de temps dessus. Il faut simplement trouver l’équilibre entre jouer aux jeux vidéo toute la journée pour être en état de flow et vivre une vie globalement plaisante. Comprendre par là qu’il ne faut pas fantasmer sur l’état de flow et accepter qu’il ne puisse être présent que de courts instants durant la journée.

La pratique délibérée

La pratique délibérée représente le fait de s’entraîner consciemment. Elle est parfaitement liée à l’état de flow. Prenons l’exemple d’un tennisman. Pour devenir un champion, un pratiquant doit pratiquer délibérément pour augmenter son niveau de jeu drastiquement. Quelle est la différence entre pratique normale et pratique délibérée? Une pratique normale c’est le fait de se perdre dans ses pensées de façon aléatoire. La pratique délibérée sera plutôt d’être pleinement concentré sur l’objectif désiré et sur les gestes du corps (comme pour le tennisman).

Le tennisman devra donc s’entraîner délibérément, mais pas n’importe comment. Il devra fractionner son entraînement en plusieurs parties bien distinct. Le service par exemple devra obtenir une grande attention pour que la personne qui s’entraîne améliore son niveau de jeu.

Je m'entraîne à faire 10 000 services de façon consciente
10 000 fois n’est évidemment pas une règle fixe. Mais le fait de s’entrainer consciemment, va inévitablement vous faire devenir un expert en la matière

La pratique délibérée demande le plus haut niveau de conscience et paradoxalement, c’est le plus simple à obtenir. Il suffit de trouver une activité ou une passion amusante et de chercher à s’améliorer. C’est tout. Ça reste un très bon moyen pour comprendre concrètement ce qu’est la pleine conscience. Encore une fois, il ne faut pas s’attacher à cela et chercher à rester à ce confort, la pratique délibérée ne peut se faire durant des journées entières, le cerveau a besoin de variété et même d’inconfort.

Conclusion sur la pleine conscience

Je vais maintenant résumer tout ce que nous venons de voir. La pleine conscience n’est pas à pratiquer une fois de temps en temps. C’est une habitude à prendre pour se développer. Améliorer nos facultés de conscience est un véritable bénéfice énorme dans la vie de tous les jours et c’est totalement gratuit. C’est un simple investissement en temps et en énergie, mais seulement pour commencer à prendre l’habitude.

Après un bon entraînement, ça sera au contraire un gain en temps et en énergie. La pleine conscience comme nous l’avons vu ne peut pas être permanente. Nous avons besoin de notre inconscient pour déléguer les choses simples à faire. Mais pour élever notre niveau, c’est un excellent moyen que de pratiquer la pleine conscience.

N’oubliez pas d’avoir vos moments seuls pour pratiquer la méditation, la visualisation. Mettez de la conscience sur votre respiration plusieurs fois par jour. Et recherchez des activités qui activent votre état de flow.

Je ne crois pas au fait de pratiquer la pleine conscience de façon aléatoire. Elle est selon moi à intégrer dans le quotidien. Une pratique régulière même avec un faible investissement de temps permet de prendre des habitudes mentales. C’est l’entraînement petit à petit qui va donner des résultats. S’entraîner à la pleine conscience peut aider à la dépression, l’anxiété et même la douleur. Enfin, elle permet aussi de favoriser la neuroplasticité et donc de mieux apprendre.

Dites-moi en commentaire comment vous percevez la pleine conscience. Êtes-vous prêt à changer vos habitudes ? J’ai hâte de lire votre ressenti 🙂

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager

About David Jedresac

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anna

Cet article est très enrichissant, loin des conseils un peu bateau sur la pleine conscience. Merci infiniment, j’ai enfin compris ce qu’est le flow et les différentes manières d’atteindre la pleine conscience

Alice

Merci pour le partage de ton approche sur la pleine conscience.
Je crois que nous pouvons tous le faire, chacun à notre niveau. faut-il pour cela le vouloir.
Si tu le permets, je te partage un article https://l-univers-du-bonheur.fr/activite-meditation-de-pleine-conscience-en-plein-air-avec-les-enfants/

Nico06

J’ai pris conscience de l’importance que pouvait avoir la pleine conscience suite à une vidéo Youtube qui expliquait que méditer et se recentrer sur soi-même allait devenir une pratique aussi banale dans nos vies (et pour notre bien tous) que faire du sport ou se laver (au XIX ème siècle). Je croie profondément que cela change l’état de bonheur et de plénitude. Merci pour ce rappel !

rmibonnet

Il faut savoir que la grande majorité de nos actes sont inconscients et entre dans la plaine conscience vas nous aider à mieux comprendre certaines choses. La médiation peut y aider. En tout cas, c’est ma vision des choses 😉

Merci pour cet article très complet ! Effectivement la pleine conscience est un petit travail à effectuer au quotidien pour mieux apprécier ce qui nous entoure ! Nous on a l’habitude de l’appliquer notamment en dégustation lors des repas ou de la préparation des recettes 😋

Qu’il est plaisant de se replonger dans le concept de pleine conscience, dans le but de pouvoir faire en sorte de l’appliquer à son quotidien. Très bel article, bravo ! 😊